Pour la première fois, le Conseil d’administration de la fédération des entreprises d’insertion Ile de France s’est délocalisé chez un de ses adhérents : Bio Yvelines Services à Bailly. L’objectif était de rencontrer les entreprises d’insertion du département afin d’avoir un échange entre pairs, d’apporter de l’information sur l’actualité de l’IAE et de la fédération et d’évoquer le contexte local. En même temps, l’idée est de valoriser l’activité d’un adhérent en organisant la visite sur place.

12 entreprises d’insertion du territoire, 8 administrateurs et 3 permanents ont été réunis pour une présentation de l’entreprises Bio Yvelines Services, son historique, son modèle économique, ses investissements. Nous avons ensuite eu la chance venir à la rencontre de ses salariés et de visiter le site de production pour une démonstration in situ de ses activités.

Bio Yvelines a récemment investi 2.3 millions d’euros lors du changement de leur de la plateforme. Ces investissements ont notamment permis de doubler le volume de matières traitées, passant de 20 000 tonnes à 40 000 tonnes en un an et demi. Le caractère d’adaptation de l’entreprise d’insertion à son contexte a été démontré puisqu’il a fallu revoir certains process de production, afin de mettre un terme à la nuisance induite par les odeurs qu’impliquait jusqu’alors leur activité en augmentant notamment la fréquence de broyage de leur matériau.

L’offre de service de Bio Yvelines est variée et notamment riche de deux produits originaux. D’abord, un compost de feuilles, ce qui leur permet de travailler avec des golfs qui ne prennent que ce type de compost. Ils fournissent également les agriculteurs avec un produit d’épandage qu’ils peuvent utiliser sur leurs terres. Cette dernière offre est rendue possible par le tri manuel qu’effectuent les salariés de Bio Yvelines, débarrassant les déchets verts d’éventuelles matières plastiques, qui rendraient impossible leur utilisation pour l’agriculture.

Le reste de l’après-midi a été consacrée aux échanges avec un accent particulier sur les Yvelines. Ont été abordés le tout récent Plan Pauvreté, prévoyant 100 000 postes supplémentaires pour l’IAE, vraisemblablement en nombre de salariés en insertion et non pas en ETP. Il ouvre de nouvelles perspectives et un changement de paradigme, passant d’une logique gestionnaire à une logique de développement. En conjonction avec la nouvelle stratégie régionale de l’IAE 2018-2020, cette logique de développement trouve un nouvel appui. Elle incite les SIAE à procéder à une « hybridation » plus importante de leurs ressources (PM’UP de la région, fonds d’Investissement Socialement Responsable, aides aux investissements du département...) pour répondre à la  raréfaction des financements publics alloués à l’IAE et accompagner les nécessaires évolutions des modèles économiques de l’IAE.

La question des difficultés de recrutement dans les Yvelines a été évoquée. Comme ailleurs, les orientations et prescriptions de publics relevant de l’IAE, suite à dépôt d’offres d’emploi, se raréfient.

Une des solutions évoquées consisterait à organiser des journées portes ouvertes dans les EI et ETTI à destination des partenaires, prescripteurs et orienteurs afin d’y faire de la pédagogie autour des problématiques que rencontrent les structures. Une autre action va être mise en œuvre par Activity qui propose une plateforme internet  « JOB 78 » répertoriant en ligne les CV des bénéficiaires du RSA accompagnés et les offres d’emploi des entreprises et SIAE avec un algorithme permettant des mises en relation.

Le conseil d’administration souhaite renouveler ce type de journée en l’ouvrant, comme ici, aux EI-ETTI non adhérentes à la fédération.