Dans le cadre des annonces du plan pauvreté, la nouvelle instance du Conseil de l’inclusion dans l’emploi a été installée au mois de décembre. Présidée par Thibault GUILLY, directeur général du groupe ARES, elle aura pour mission de formuler des recommandations en matière d’inclusion dans l’emploi. C’est dans le cadre de ce nouveau conseil élargi au secteur du handicap qu’une réforme de l’IAE doit se construire.

A cet effet, les EI-ETTI franciliennes ont été consultées par la fédération. Objectif : produire pour le début de l’année 2019, une contribution qui sera synthétisée avec celles des autres fédérations régionales par la fédération.

 En Ile de France, l’action s’est déclinée en trois temps :

  • Un débat au sein du conseil d’administration qui a décidé des modalités de la consultation des adhérents.
  • Un questionnaire «  ma réforme de l’IAE » envoyé aux adhérents : une vingtaine de réponses recueillies.
  • L’organisation d’une rencontre qui a réuni plus de 30 EI-ETTI franciliennes pour analyser les retours de questionnaires, échanger sur les thématiques, se positionner sur des évolutions, ouvrir le champ des possibles et du souhaitable.

Résultat : une contribution francilienne qui reprend la synthèse des échanges et avis exprimés par les adhérents. Elle permet :

  • de réaffirmer les valeurs communes des entreprises d’insertion et de rappeler la volonté d’un positionnement très clair dans le champ de l’économique.
  • De souligner les spécificités qui distinguent les EI des autres modèles (rattachement à la branche d’activité / application de la convention collective du secteur/ fiscalité…).
  • D’affirmer une volonté d’ouverture à d’autres champs (handicap).
  • D’exprimer un besoin de faire évoluer les contraintes administratives imposées par l’Etat et ses partenaires (collectivités, Pôle emploi...).
  • De souhaiter la restauration de la confiance dans le savoir-faire des EI-ETTI, par une vraie coopération.

La contribution francilienne a été envoyée à la fédération au tout début janvier.     

Au-delà de la production d’une contribution, l’exercice a permis de renforcer le sentiment d’appartenance collective avec une réaffirmation de nos modèles d’EI-ETTI et le besoin qu’ils soient portés à chaque niveau. C’est bien là la mission d’une fédération  vivante et démocratique qui œuvre à soutenir, valoriser et défendre les entreprises d’insertion de notre région.